Please reload

Recent Posts

Breaking News: 3000-year Tomb Contains Intact Coffins discovered in Luxor

1/3
Please reload

Featured Posts

Les Moires

D'après les épopées homériques, les Moires sont trois soeurs, Clotho, Lachésis et Atropos. Selon les versions, elles sont soit, filles de Zeus et de Thémis et soeurs des heures, soit filles de Nix, la nuit, appartenant ainsi à la première génération divine, celle des forces élémentaires du monde.

On les trouve également asssociées à Tyché (le sort, la fortune) qui incarne une notion voisine.

Ces trois soeurs règlent la durée de la vie, depuis la naissance, jusqu'à la mort.

Le symbolisme utilisé est celui du tissage. Ainsi, Clotho tire le fil de la quenouille et commence à filer la destinée, dès le moment de la naissance. Lachésis tourne le fuseau et enroule le fil de l'existence. Atropos, quant à elle, coupe le fil et détermine ainsi le moment de la mort.

 

Impersonnelles, les Moires sont aussi inflexibles que le destin; elles incarnent une loi que même les dieux ne peuvent transgresser sans mettre l'ordre du monde en péril.

Chez les Romains elles se nommaient Nona, Decima et Morta.

Invoquons maintenant avec respect ces trois Déesses en déclamant leur hymne :

 

Moires infinies, filles de l’obscure Nuit,

Déesses des cieux et de la terre,

Ecoutez la voix de ma prière ;

Vous qui résidez sur les rives du lac céleste, là où une eau blanche jaillit de la secrète nuit et coule dans les profondeurs de la caverne rocheuse,

Volez vers la terre sans limite des vivants où je me tiens.

Voilées de pourpre, vous traversez la plaine des morts sur votre char glorieux pour vous avancer vers les mortels qui, comme moi, vous attendent avec espoir.

En dehors de Zeus, aucune autre divinité habitant le sanctuaire des cieux ou résident les immortels, n’observe la vie comme vous.

Je vous invoque, Atropos, Lachésis et Clotho!

Écoutez ma prière et soyez-moi favorable, Ô Déesses.

Filles d’un père illustre, aériennes, invisibles, inexorables, indestructibles, tout ce que vous nous donnez, vous pouvez aussi nous le retirer.

Moires infinies, écoutez ma prière et accueillez mes saintes libations.

Approchez-vous avec bienveillance de l’être que je suis et dissipez mes peines en tissant la meilleure destinée que je puisse manifester et incarner.

 

Traduit et adapté par Jean-Louis de Biasi